Sarah Deschênes est l’enfant que l’on n’attendait plus. Cadette d’une famille de trois enfants, elle voit le jour sur le bord du fleuve Saint-Laurent au début des années 1980. Utilisatrice effrénée de sa carte de bibliothèque, elle apprend à équilibrer son quotidien en se pliant à la volonté de sa mère, qui l’incite à aller jouer dehors.

Influencée par son entourage, elle visite le cégep de Rimouski en croyant qu’elle y entreprendra un parcours préuniversitaire qui la conduira vers des études en médecine. Séduite par la folie d’un professeur de théâtre qui bondit sur les tables pour déclamer du Shakespeare, elle choisit plutôt de rater allègrement sa vie au sein du programme d’arts et lettres, profil lettres et communication.

Après quelques voyages, elle revient s’asseoir sur les bancs de l’Université de Montréal pour y entreprendre un baccalauréat en littératures de langue française, qu’elle dilue avec une année de scolarité à l’Université François-Rabelais à Tours (France) et un certificat en histoire.